Le lecteur gourmand

09 avril 2011

chouette333

Posté par pticalou à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2010

Servir ou desservir ?

Les verbes servir et desservir font partie de la même famille, mais n’ont pas les mêmes significations.

 

Voici les principaux sens du verbe servir :

· S'acquitter de devoirs, d'obligations ou de tâches.
Depuis le début de sa carrière de politicien, Jean s'est toujours efforcé de servir l'État.

· Être au service de quelqu'un.
Ma voisine a servi comme femme de ménage pendant dix ans.

· Appuyer une personne ou une cause.
Cette organisation sert la paix dans le monde.

· Mettre de la nourriture ou des boissons sur une table ou les offrir à quelqu'un.
Le propriétaire de ce petit resto sert lui-même les clients.

· Être utile ou propre à quelque chose (avec la préposition à).
Cette orthèse sert à protéger mon pied gauche.

· Être utilisé comme, tenir lieu de (avec la préposition de).
Cette chambre sert de débarras.

 

Le verbe desservir a aussi plusieurs sens qu’on peut répartir en deux groupes :

1) Le contraire de servir

· Débarrasser une table après un repas.
Le garçon vient desservir la table.

· Nuire à une personne, à une cause.
Sa grande générosité le dessert plus souvent qu'autrement.

 

2) Le renforcement de servir

· Assurer un service de communication, de transport, de télécommunications en un lieu.
Ce transporteur dessert les grands centres.

· Assurer un service de distribution à un groupe, à une région ; les fournir, les approvisionner en quelque chose.
Hydro-Québec dessert toute la province en électricité.

Les verbes servir et desservir ne sont pas interchangeables.  Soyez vigilants ! Évitez d'employer l'un pour l'autre.

Posté par pticalou à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

D’avance, à l’avance ou par avance ?

Les trois locutions peuvent s’employer indifféremment. La plus utilisée est d’avance. Plus littéraire, la locution par avance appartient à la langue écrite soignée. Quant à la locution à l’avance, elle a été longtemps critiquée, mais elle est aujourd’hui admise.

 

Je te remercie d’avance de ta collaboration.
Je vous remercie par avance de votre précieux concours et je vous prie d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma considération distinguée.
Nous vous remercions à l’avance de la rapidité avec laquelle vous voudrez bien nous envoyer ces documents.

Posté par pticalou à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2010

Avoir et Etre


Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.

Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.


Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir. 

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego.

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
Être en revanche, et c'est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit..
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.
 
Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Posté par pticalou à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2009

La beauté de la langue française

Plusieurs articles en une journée, c’est rare mais là, il faut qu’on parle de choses qui fâchent. Eh oui, faut bien parfois !

J’adore le Québec, vraiment. Mais s’il y a une chose qui m’horripile au point de vouloir hurler de toutes mes forces, c’est quand j’entends certains dirent que ce sont les Français qui utilisent le plus de mots anglais dans leur langage courant. A ce moment là, on nous sert toujours les trois mêmes exemples : shopping, parking et week-end.

Que les choses soient claires : en France, on ADORE parler anglais (même si on le parle très mal), on trouve ça super. On ne traduit pas certains titres de films américains, nos émissions s’appellent Loft Story, Secret Story, Fear Factor. On s’envoie des emails, on mange des nuggets de poulet et des happy meal au Mac Do. Des tas d’entreprises françaises ont des noms en anglais et ça ne nous dérange pas.

Par contre, vous n’entendrez jamais une Française dire d’un homme qu’il est cute. Non. Elle va dire : il sera beau ou mignon.

Vous n’entendrez jamais un Français dire : «eh tu veux que je te raconte une joke ?» Non. Il va dire : eh tu veux que je te raconte une blague ?

Vous n’entendrez jamais des Français dire : on va à la game de hockey ce soir ? Non. Ils vont dire : on va voir la partie de hockey ce soir ?

Les Français ne se frenchent pas, ils s’embrassent.  Ils ne font pas de party, ils font des fêtes. Ils n’ont pas une gang de chums mais une bande d’amis. Ils ne cédulent pas de meetings, ils fixent des réunions.

Je pourrais continuer des heures comme ça et là, je n’ai même pas commencé à parler des garagistes qui me parlent de wipers quand le mot essuie-glace existe.

Je suis conscient qu’il doit exister une explication historique à l’utilisation de l’anglais par les garagistes. Je sais également que les Québécois ne peuvent pas demeurer imperméables à l’anglais parce qu’ils sont entourées de millions d’anglophones et je sais aussi qu’ils se battent bien plus que les Français pour sauvegarder l’intégrité du français. (même si le combat est inégal).

Mais par pitié, arrêtez de me dire que ce sont les Français qui truffent le plus leur vocabulaire de mots d’anglais parce que ce n’est pas vrai. Allez passer un an en France et vous pourrez juger de la situation vous-même. Oui, l’anglais est présent mais moins qu’au Québec et pas dans notre langage courant.

Et puis de toute façon, on s’en fout. Si on arrêtait de se comparer (Il n’y a pas de pays parfait, ni la France, ni le Québec), on pourrait probablement encore mieux défendre le français parce que, ce qui me hérisse encore bien plus encore le poil, c’est le niveau d’orthographe et de grammaire d’un enfant de 8 ans qu’ont une majorité de personnes.

Bien entendu, la langue française est une langue difficile avec des règles complexes (pouvez-vous me dire pourquoi vingt et cent s’accordent quand ils sont multipliés par un nombre sans être suivi par un autre nombre et qu’ils restent invariables le reste du temps ? Pouvez-vous me dire pourquoi les mots bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou prennent un “x” au pluriel et pas les autres mots en -ou ? Et pourquoi dit-on un journal, des journaux, un cheval, des chevaux mais un bal, des bals ? )

Je suis conscient de faire, moi aussi, des fautes d’orthographe, mais pas de là à tout simplifier en ne mettant pas de s quand on parle des forêts, en écrivant «ils mon fait» au lieu de «ils m’ont fait» ou «ils ma touché les pôles» au lieu de «il m’a touché l’épaule» ou bien encore à râler quand les enseignants veulent enlever des points pour une orthographe déficiente ….

Je ne supporte pas qu’on massacre la langue française! Qu’on fasse des fautes, cela peut se comprendre parce que la langue est difficile et tout le monde n’en a pas une maitrise parfaite, mais au risque de me faire lyncher, je trouve qu’au Québec, beaucoup de personnes écrivent sans faire attention et cela donne des choses horribles à lire.

Alors, je vais essayer d’apporter ma pierre à cet édifice en écrivant régulièrement des billets pour découvrir de nouveaux mots ou des règles d’orthographe inusitées… (Savez ce qu’est un incunable ? Ce que veut dire le mot stupre ? Ou le mot faconde ? Savez-vous quand cent reste invariable et quand il prend un s ? Ah la langue française et toutes ses tortures ? )

Une nouvelle catégorie vient donc de voir le jour sur ce blog : la beauté du français !

Posté par pticalou à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le gateau aux trois laits

Quand il est frais, ce dessert est un vrai bonheur...irqualim

Ingrédients :
6 jaunes
200 g de sucre
200 g de farine
1 càs de levure chimique
6 blancs en neige
1 boîte de lait concentré sucré
la même mesure de lait concentré non sucré
la même mesure de crème fleurette uht

Préparation :
Battre dans le robot les jaunes avec le sucre jusqu’à que le mélange blanchisse.

Ajouter la farine tamisé avec la levure.

Ajouter les blancs en neige, d’abord 1/3 pour assouplir le mélange et après le restant délicatement.

Mettre dans un moule de 26 cm, beurré e fourré au fond avec du papier sulfurisé.

Mettre dans le four préchauffé à 175°C pendant 35 à 40 minutes ou jusqu’à que en enfonçant la lame d’un couteau elle ressort sèche.

Préparer la sauce en mélangeant les 3 laits , réserver dans le frigo.

Enlever le gâteau du four et piquer la superficie.

Mouiller le gâteau avec la sauce petit à petit pour bien absorber .

Laisser refroidir avant démouler.

Posté par pticalou à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mille feuile de saumon fumé, betterave et fromage de chèvre

Ingrédients :                                                        irqualim
2 plaques saumon fumé,
2 betteraves,
150 g chevre frais,
200 g huile d'olive,
100 g creme fleurette,
1 jus de citron

Préparation :
Peler les betteraves et tailler 16 fines lamelles puis les faire frire.

Mixer les parures de betteraves, le fromage frais avec la creme fleurette

Au centre de l'assiette, monter un mille feuille avec 4 chips de betterave et 3 couches de fromage frais.

Disposer de le saumon autour de ce mille feuille.

Pour la vinaigrette : Emulsionner le jus de betterave avec l'huile d'olive et le jus de citron.

Servez avec une petite salade

Posté par pticalou à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Porc à l'ananas

Ingrédients

irqualim
450 g de porc maigre coupé en fines lamelles
1 ananas bien mûr
1 poivron vert et 1 poivron rouge
2 c. à thé d'huile de noix (ou végétale)
2 gousses d'ail
½ c. à thé de Sambal ulek
2 c. à thé de sauce soya indonésienne
sinon sauce soya rég. + ½ c. à thé de sucre
2 c. à thé de fécule de maïs
2 échalotes émincées

Préparation
Couper l'ananas en enlevant l'écorce et le coeur.

Couper la chair en lamelles de la même longueur que le porc.

Couper les poivrons, épépiner, tailler en lamelles fines de la même longueur que le porc.

Dans le wok, faire chauffer l'huile, ajouter l'ail et laisser roussir légèrement, enlever et réserver.

Éponger le porc avec du papier absorbant, cuire le porc pendant 3 minutes.

Ajouter les ananas et les poivrons, et cuire 3 minutes.
Ajouter le sambal ulek, la sauce soya et 250 ml d'eau bouillante, cuire 3 minutes.

Délayer la fécule dans 2 cuillères à soupe d'eau froide.

Repousser tous les ingrédients dans le wok vers les côtés, mélanger la fécule délayée au liquide et laisser mijoter à intensité moyenne jusqu'à ce que la sauce épaississe.

Remettre tous les ingrédients dans la sauce, mélanger, saupoudrer d'échalotes émincées.

Posté par pticalou à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le poulet au vinaigre

Un vrai délice !!!
irqualim


                                                                  
Ingrédients :
1 poulet de belle conformité,
250ml de vinaigre de framboise,
450ml de vin rouge,
500ml de crême 35%,
1 boite de 790ml de tomates Italienne egouttée mais les tomates contenant leurs jus et concassées,
Persi haché,
ciboulette ciselée,
sel, poivre du moulin,
30gr échalote,
1 pointe d'ail,
huile et beurre pour le rissolage

Préparation :
Désosser et couper le poulet en 8 morceaux .

Colorer les morceaux et quand ils sont bien brunis, dégraisser et ajouter échalote et ail

Déglacer au vin rouge et vinaigre de framboise .

Porter à ébullition , ajouter les morceaux de poulet ,couvrir et laisser mijoté doucement.

Retirer les blancs de poulet dès qu'ils sont cuits ,finir la cuisson des autres morceaux .

Les retirer et réduire la cuisson au 3/4 .

Ajouter la tomate concassée ,réduire.

Entretemps réduire la crème à part, de moitié et mélanger les deux sauces et y remettre les morceaux de poulet .

Garder au chaud sans ébullition.

Au service parsemer de persil et ciboulette hachées .

Posté par pticalou à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le poulet aux écrevisses

72_irqualim

Un plat extraordinaire goûté lorsque j'étais étudiant à Grenoble

Ingrédients :
24 écrevisses,
1 poulet de 2kg,
100 gr. de carottes,
100 gr. d'oignons,
50 gr. d'échalotes,
300 gr de tomates fraîches,
100 gr de beurre,
1 dl de crème,
1 dl de cognac,
1/2 lit de vin blanc sec,
100 gr de farine

Préparation :
Faire revenir les écrevisses puis ajouter les carottes, oignons et échalotes

Flamber avec 5 cl de cognac et ajouter 4 dl de vin blanc, l'estragon, les tomates fraîche, la tomate concentrée, 1 bouquet garni, 2 gousses d'ail, sel et poivre.

Au terme de la cuisson de 10 min a feu vif retirer les écrevisses, réserver la cuisson.

Couper le poulet, fariner les morceaux et les cuire dans 50 g de beurre.

Préparer 75 cl de bouillon de poulet

Au terme de la cuisson du poulet, retirer les morceaux, enlever la graisse du récipient

Ajouter 5 cl de cognac et 1 dl de vin blanc

Laisser réduire,  cuire les écrevisses dans le bouillon puis ajouter la creme

Posté par pticalou à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]